>critères d'évaluation

CRITÈRES

Évaluation périodique des chercheurs - Avancement de grade des chercheurs- Recrutement des chercheurs

 

English version

 


Évaluation périodique des chercheurs

Critères communs à tous les chercheurs

● La qualité et l’originalité des contributions scientifiques joue un rôle important dans l’évaluation. Celles-ci se matérialisent notamment sous la forme de publications dans des revues à comité de lecture, de communications invitées dans des conférences ou de séminaires.

● L’évaluation prend aussi en considération les autres dimensions de l’activité de recherche, telles que les activités d’enseignement et de formation, de diffusion de la culture scientifique et d’animation scientifique, de valorisation et de transfert technologique
● La mobilité thématique ou géographique est un élément favorable lors de l'évaluation, même si elle n'est pas une fin en soi. Qu’elle soit temporaire (stages post-doctoraux, séjours de chercheurs dans un autre laboratoire français ou étranger) ou définitive (changement de laboratoire), elle témoigne de l’autonomie d’un chercheur, ainsi que de ses capacités d'adaptation, tout en participant au dynamisme de la communauté et à son enrichissement scientifique.

Critères spécifiques selon les grades :

Chercheurs CR2

 Cf. critères ci dessus

Chercheurs CR1

Outre les critères donnés ci-dessus sont évalués l’autonomie scientifique du chercheur, sa capacité à prendre des initiatives, l’encadrement d’autres chercheurs, la mise en œuvre de son programme de recherche

Chercheurs DR2

Un niveau d'exigence plus élevé est appliqué en ce qui concerne la qualité de la production scientifique du candidat. La prise de responsabilité au niveau de la direction d’un laboratoire, d’un GDR ou d’un réseau de recherche constituent aussi des critères importants.

Chercheurs DR1

Cf. critères DR2

Remarques : voir le texte à la suite

 

 

Avancement de grade des chercheurs

Critères communs à tous les grades

● La qualité et l’originalité des contributions scientifiques joue un rôle important dans l’évaluation. Celles-ci se matérialisent notamment sous la forme de publications dans des revues à comité de lecture, de communications invitées dans des conférences ou de séminaires.

● L’évaluation prend aussi en considération les autres dimensions de l’activité de recherche, telles que les activités d’enseignement et de formation, de diffusion de la culture scientifique et d’animation scientifique, de valorisation et de transfert technologique
● La mobilité thématique ou géographique est un élément favorable lors de l'évaluation, même si elle n'est pas une fin en soi. Qu’elle soit temporaire (stages post-doctoraux, séjours de chercheurs dans un autre laboratoire français ou étranger) ou définitive (changement de laboratoire), elle témoigne de l’autonomie d’un chercheur, ainsi que de ses capacités d'adaptation, tout en participant au dynamisme de la communauté et à son enrichissement scientifique.

 

Critères spécifiques selon les grades :

Avancement au grade CR1

Les critères ci-dessus s’appliquent. La section évalue en outre la qualité de l'insertion du chercheur, le développement de son autonomie scientifique, sa capacité à prendre des initiatives et la mise en œuvre de son programme de recherche.

Avancement au grade DR1

● Un niveau d'exigence plus élevé est appliqué en ce qui concerne la qualité de la production scientifique du candidat. Un rayonnement scientifique dépassant les frontières disciplinaires, une reconnaissance internationale et une capacité de développement de nouvelles thématiques ou stratégies de recherche sont des critères forts. La prise de responsabilité au niveau de la direction d’un laboratoire, d’un GDR ou d’un réseau de recherche constituent aussi des critères importants.

Avancement au grade DRCE

● Un niveau d'exigence plus élevé est appliqué en ce qui concerne la qualité de la production scientifique du candidat. Un rayonnement scientifique dépassant les frontières disciplinaires, une reconnaissance internationale et une capacité de développement de nouvelles thématiques ou stratégies de recherche sont des critères forts. La prise de responsabilité au niveau de la direction d’un laboratoire, d’un GDR ou d’un réseau de recherche constituent aussi des critères importants.

 

Remarques : voir le texte à la suite

 

Détail des critères d'évaluation

Dans un souci de transparence et d’équité, il est important que les critères d’évaluation utilisés par les sections soient portés à la connaissance des candidats au CNRS, chercheurs et laboratoires. Cette note précise ces critères pour ce qui concerne la section 4, qu’elle siège en tant qu’instance d’évaluation et de promotion ou en tant que jury d’admissibilité.

Cette note a pour but de permettre aux chercheurs évalués et aux candidats aux concours de préparer leurs dossiers dans les meilleures conditions. Elle se veut suffisamment explicite, sans être exhaustive. Il n’existe pas de profil type pour un recrutement ou une promotion ni de barème d’évaluation unique.

L’évaluation repose d’abord sur la contribution scientifique des évalués et elle prend également en compte les autres dimensions de l’activité de recherche : enseignement, diffusion des connaissances, valorisation et transfert, responsabilités d’animation ou de direction, etc. L’environnement géographique et scientifique est également pris en compte.

Principaux critères utilisés pour l’évaluation

Contributions scientifiques : Étant donnée la variété des pratiques de communication selon les domaines, il n’existe pas de critère uniforme pour « mesurer » quantitativement la production scientifique des chercheurs et des laboratoires. C’est ce qui justifie la notion de « jugement par les pairs » qui implique une comparaison, aussi objective et équitable que possible, de profils nécessairement différents. La reconnaissance de la qualité et de l’originalité des contributions scientifiques par la communauté nationale et internationale joue bien entendu un rôle important dans ce jugement. Elle se matérialise notamment sous la forme de publications dans des revues à comité de lecture, de communications invitées dans des conférences ou de séminaires. Le rayonnement des évalués peut aussi se traduire entre autres par des responsabilités dans l'organisation de conférences et écoles d'été, des sociétés nationales et internationales, des collaborations (GDR, réseaux...).

Autres critères : L’évaluation prend en considération des critères multiples, incluant toutes les dimensions de l’activité de recherche, telles que les activités d’enseignement et de formation, de diffusion de la culture scientifique, de valorisation et de transfert technologique. Ces dernières se matérialisent en particulier sous la forme de brevets ou d’outils développés et mis à la disposition à l’extérieur ou à l’intérieur de la communauté (appareils, logiciels, codes…). Les responsabilités d’animation scientifique, de direction d’équipe ou de laboratoire, sont bien entendu prises en considération ainsi que l’ouverture aux interfaces interdisciplinaires ou la contribution au développement de nouveaux domaines (en particulier quand elle implique une prise de risque). La mobilité thématique ou géographique est certainement un élément favorable lors de l'évaluation, même si elle n'est pas une fin en soi. Qu’elle soit temporaire (stages post-doctoraux, séjours de chercheurs dans un autre laboratoire français ou étranger) ou définitive (changement de laboratoire), elle témoigne de l’autonomie d’un chercheur, ainsi que de ses capacités d'adaptation, tout en participant au dynamisme de la communauté et à son enrichissement scientifique.

Nous considérons que les directeurs de laboratoire et chefs d'équipe ont une responsabilité particulière pour encourager la mobilité des jeunes chercheurs. La section sera attentive à cet aspect de la politique des laboratoires qui doivent en particulier préparer avec la même qualité les dossiers des candidats qu’ils soient « intérieurs » ou « extérieurs ».

Remarques :

Ces critères généraux, valables pour tous les processus d’évaluation, sont pondérés selon les niveaux de recrutement ou de promotion concernés. Certains d’entre eux peuvent ne pas être applicables à l’évaluation d’un individu, mais ils sont pris en compte au niveau des équipes et des laboratoires.

En ce qui concerne l’évaluation ordinaire (hors promotions et recrutements) des chercheurs et des laboratoires, la section assure un suivi attentif de la prise en compte des recommandations émises antérieurement. Elle s’efforce de contribuer à la résolution des problèmes signalés ou d’éventuelles insuffisances.

Évaluation des chercheurs

Recrutement CR : La section considère que la sélection parmi les candidats au CNRS porte d'abord sur leurs qualités scientifiques intrinsèques, parce que celles-ci déterminent leur potentiel à long terme et ensuite sur l’intérêt de leur programme de recherche et l'adéquation de leurs compétences à ce programme et à l’environnement dans lequel il sera mené (équipe, laboratoire, collaborations…).

La section est très favorable à la mobilité tout en considérant qu'une règle absolue ne peut prendre en compte la diversité des situations. La section estime qu’un séjour post-doctoral, d’une année ou plus, pendant lequel le candidat fait ses preuves dans un environnement différent de celui où il a passé sa thèse est un atout important. Une évolution ou un élargissement thématique à la suite de ce séjour est également un indice positif de dynamisme.

La section considère avec un intérêt particulier les candidatures dans un laboratoire autre que celui où la thèse a été préparée, sans faire de cet élément un critère impératif. Le changement de laboratoire pouvant être un atout supplémentaire, la section attire l'attention des candidats sur l'intérêt de présenter des projets dans plusieurs laboratoires. Cette politique de choix multiples, qui implique une prise de risque de la part des candidats, exige en retour une politique d’ouverture et de transparence au niveau des équipes et des laboratoires.

Promotion CR2→CR1 : Les critères évoqués plus haut s’appliquent également. La section évalue en outre la qualité de l'insertion du chercheur, le développement de son autonomie scientifique, sa capacité à prendre des initiatives et la mise en œuvre de son programme de recherche.

Recrutement DR : Les critères évoqués plus haut s’appliquent à nouveau, avec une modulation qui tient compte du niveau de responsabilité plus grand en termes d’encadrement de jeunes chercheurs, de direction d'équipe, d’animation et d’initiative scientifique. Une attention particulière est portée à l’habilitation à diriger des recherches, nécessaire pour diriger des thèses. (Elle n'est pas réglementairement exigée pour une promotion DR). Le rayonnement du candidat joue un rôle important au niveau DR.
Les retards de carrière toujours présents dans la section et accumulés par la pénurie de postes sont aussi pris en considération.

Promotion DR2→DR1, DR1→DRCE1, DRCE1→DRCE2 : Les critères évoqués plus haut s’appliquent également, avec un niveau d'exigence plus élevé en ce qui concerne la qualité de la production scientifique du candidat, un rayonnement scientifique dépassant les frontières disciplinaires, une reconnaissance internationale et une capacité de développement de nouvelles thématiques ou stratégies de recherche. La prise de responsabilité au niveau de la direction d’un laboratoire, d’un GDR ou d’un réseau de recherche, ou d'autres actions au bénéfice de la communauté scientifique nationale ou internationale, constituent aussi des critères importants.

 Analyse de la prospective de l'unité dans le cadre de la stratégie du CNRS

La section émet un avis sur les laboratoires et réalise un audit des rapports de l’AERES pour la direction du CNRS.

Activité scientifique : La section considère que l’évaluation des laboratoires porte d'abord sur leur production scientifique, l'originalité et l’impact des thèmes développés et proposés.  Elle prend également en compte le développement d’une stratégie de recherche maîtrisée à l'intérieur du laboratoire ainsi que dans l’interaction avec son environnement local, national et international. La section apprécie l’adéquation des objectifs du laboratoire avec les capacités scientifiques, humaines et matérielles, dont il dispose pour les réaliser ainsi que sa participation à des programmes ou contrats de recherche. Elle évalue la synergie engendrée par la politique du laboratoire, au-delà de la simple juxtaposition d'individualités, d'équipes ou de ressources.

Ouverture du laboratoire : La section évalue l’implication des laboratoires dans l’enseignement et la formation, en particulier en termes de formation doctorale, de formation et d’insertion des doctorants, de suivi de leur avenir post-doctoral. Elle évalue également les activités en termes de vulgarisation et de diffusion de la culture scientifique, de valorisation et de transfert technologique. Elle prend en compte la qualité et l’intérêt des collaborations extérieures du laboratoire, de sa participation à l’animation de la communauté scientifique locale, nationale et internationale.

Organisation interne : La section apprécie la mise en place et l’utilisation de ressources communes et d’équipements dans le laboratoire ainsi que dans le cadre de son environnement local. La section est attentive à la qualité de la vie scientifique dans le laboratoire (instances consultatives internes, séminaires externes et internes, journées de prospective...) ainsi qu’à la qualité de la gestion des composantes du laboratoire (chercheurs et enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens et administratifs, jeunes chercheurs…). Elle évalue l’adéquation du plan de formation du laboratoire tant avec sa stratégie scientifique qu’avec les intérêts de ces diverses composantes.

 

 

Recrutement des chercheurs

Critères communs à tous les grades

● La qualité et l’originalité des contributions scientifiques joue un rôle important. Celles-ci se matérialisent notamment sous la forme de publications dans des revues à comité de lecture, de communications invitées dans des conférences ou de séminaires.

● L’évaluation prend aussi en considération les autres dimensions de l’activité de recherche, telles que les activités d’enseignement et de formation, de diffusion de la culture scientifique et d’animation scientifique, de valorisation et de transfert technologique
● La mobilité thématique ou géographique est un élément favorable lors de l'évaluation, même si elle n'est pas une fin en soi. Qu’elle soit temporaire (stages post-doctoraux, séjours de chercheurs dans un autre laboratoire français ou étranger) ou définitive (changement de laboratoire), elle témoigne de l’autonomie d’un chercheur, ainsi que de ses capacités d'adaptation, tout en participant au dynamisme de la communauté et à son enrichissement scientifique.

Critères spécifiques selon les grades :

Accès au grade CR2

La sélection des candidats au CNRS porte d'abord sur leurs qualités scientifiques intrinsèques qui déterminent leur potentiel à long terme et ensuite sur l’intérêt de leur programme de recherche et l'adéquation de leurs compétences à ce programme.

La section considère avec un intérêt particulier les candidatures dans un labortives.

 

Accès au grade DR2

Un niveau de responsabilité plus grand en termes d’encadrement de jeunes chercheurs, de direction d'équipe, d’animation et d’initiative scientifique est demandé. Une attention particulière est portée à l’habilitation à diriger des recherches, nécessaire pour diriger des thèses (elle n'est pas réglementairement exigée pour une promotion DR). Le rayonnement du
candidat joue un rôle important au niveau DR.

Les retards de carrière toujours présents dans la section, particulièrement pour les femmes, et accumulés par la pénurie de postes sont aussi pris en considération.

Accès au grade DR1

Un niveau d'exigence plus élevé est appliqué en ce qui concerne la qualité de la production scientifique du candidat. Un rayonnement scientifique dépassant les frontières disciplinaires, une reconnaissance internationale et une capacité de développement de nouvelles thématiques ou stratégies de recherche sont attendues. La prise de responsabilité au niveau de la direction d’un laboratoire, d’un GDR ou d’un réseau de recherche constituent aussi des critères importants.

 

Détail des critères d'évaluation

Dans un souci de transparence et d’équité, il est important que les critères d’évaluation utilisés par les sections soient portés à la connaissance des candidats au CNRS, chercheurs et laboratoires. Cette note précise ces critères pour ce qui concerne la section 4, qu’elle siège en tant qu’instance d’évaluation et de promotion ou en tant que jury d’admissibilité.

Cette note a pour but de permettre aux chercheurs évalués et aux candidats aux concours de préparer leurs dossiers dans les meilleures conditions. Elle se veut suffisamment explicite, sans être exhaustive. Il n’existe pas de profil type pour un recrutement ou une promotion ni de barème d’évaluation unique.

L’évaluation repose d’abord sur la contribution scientifique des évalués et elle prend également en compte les autres dimensions de l’activité de recherche : enseignement, diffusion des connaissances, valorisation et transfert, responsabilités d’animation ou de direction, etc. L’environnement géographique et scientifique est également pris en compte.

 

Principaux critères utilisés pour l’évaluation

Contributions scientifiques : Étant donnée la variété des pratiques de communication selon les domaines, il n’existe pas de critère uniforme pour « mesurer » quantitativement la production scientifique des chercheurs et des laboratoires. C’est ce qui justifie la notion de « jugement par les pairs » qui implique une comparaison, aussi objective et équitable que possible, de profils nécessairement différents. La reconnaissance de la qualité et de l’originalité des contributions scientifiques par la communauté nationale et internationale joue bien entendu un rôle important dans ce jugement. Elle se matérialise notamment sous la forme de publications dans des revues à comité de lecture, de communications invitées dans des conférences ou de séminaires. Le rayonnement des évalués peut aussi se traduire entre autres par des responsabilités dans l'organisation de conférences et écoles d'été, des sociétés nationales et internationales, des collaborations (GDR, réseaux...).

Autres critères : L’évaluation prend en considération des critères multiples, incluant toutes les dimensions de l’activité de recherche, telles que les activités d’enseignement et de formation, de diffusion de la culture scientifique, de valorisation et de transfert technologique. Ces dernières se matérialisent en particulier sous la forme de brevets ou d’outils développés et mis à la disposition à l’extérieur ou à l’intérieur de la communauté (appareils, logiciels, codes…). Les responsabilités d’animation scientifique, de direction d’équipe ou de laboratoire, sont bien entendu prises en considération ainsi que l’ouverture aux interfaces interdisciplinaires ou la contribution au développement de nouveaux domaines (en particulier quand elle implique une prise de risque). La mobilité thématique ou géographique est certainement un élément favorable lors de l'évaluation, même si elle n'est pas une fin en soi. Qu’elle soit temporaire (stages post-doctoraux, séjours de chercheurs dans un autre laboratoire français ou étranger) ou définitive (changement de laboratoire), elle témoigne de l’autonomie d’un chercheur, ainsi que de ses capacités d'adaptation, tout en participant au dynamisme de la communauté et à son enrichissement scientifique.

Nous considérons que les directeurs de laboratoire et chefs d'équipe ont une responsabilité particulière pour encourager la mobilité des jeunes chercheurs. La section sera attentive à cet aspect de la politique des laboratoires qui doivent en particulier préparer avec la même qualité les dossiers des candidats qu’ils soient « intérieurs » ou « extérieurs ».

Remarques :

Ces critères généraux, valables pour tous les processus d’évaluation, sont pondérés selon les niveaux de recrutement ou de promotion concernés. Certains d’entre eux peuvent ne pas être applicables à l’évaluation d’un individu, mais ils sont pris en compte au niveau des équipes et des laboratoires.

 

Évaluation des chercheurs

Recrutement CR : La section considère que la sélection parmi les candidats au CNRS porte d'abord sur leurs qualités scientifiques intrinsèques, parce que celles-ci déterminent leur potentiel à long terme et ensuite sur l’intérêt de leur programme de recherche et l'adéquation de leurs compétences à ce programme et à l’environnement dans lequel il sera mené (équipe, laboratoire, collaborations…).

La section est très favorable à la mobilité tout en considérant qu'une règle absolue ne peut prendre en compte la diversité des situations. La section estime qu’un séjour post-doctoral, d’une année ou plus, pendant lequel le candidat fait ses preuves dans un environnement différent de celui où il a passé sa thèse est un atout important. Une évolution ou un élargissement thématique à la suite de ce séjour est également un indice positif de dynamisme.

La section considère avec un intérêt particulier les candidatures dans un laboratoire autre que celui où la thèse a été préparée, sans faire de cet élément un critère impératif. Le changement de laboratoire pouvant être un atout supplémentaire, la section attire l'attention des candidats sur l'intérêt de présenter des projets dans plusieurs laboratoires. Cette politique de choix multiples, qui implique une prise de risque de la part des candidats, exige en retour une politique d’ouverture et de transparence au niveau des équipes et des laboratoires.

Promotion CR2→CR1 : Les critères évoqués plus haut s’appliquent également. La section évalue en outre la qualité de l'insertion du chercheur, le développement de son autonomie scientifique, sa capacité à prendre des initiatives et la mise en œuvre de son programme de recherche.

Recrutement DR : Les critères évoqués plus haut s’appliquent à nouveau, avec une modulation qui tient compte du niveau de responsabilité plus grand en termes d’encadrement de jeunes chercheurs, de direction d'équipe, d’animation et d’initiative scientifique. Une attention particulière est portée à l’habilitation à diriger des recherches, nécessaire pour diriger des thèses. (Elle n'est pas réglementairement exigée pour une promotion DR). Le rayonnement du candidat joue un rôle important au niveau DR.
Les retards de carrière toujours présents dans la section et accumulés par la pénurie de postes sont aussi pris en considération.

Promotion DR2→DR1, DR1→DRCE1, DRCE1→DRCE2 : Les critères évoqués plus haut s’appliquent également, avec un niveau d'exigence plus élevé en ce qui concerne la qualité de la production scientifique du candidat, un rayonnement scientifique dépassant les frontières disciplinaires, une reconnaissance internationale et une capacité de développement de nouvelles thématiques ou stratégies de recherche. La prise de responsabilité au niveau de la direction d’un laboratoire, d’un GDR ou d’un réseau de recherche, ou d'autres actions au bénéfice de la communauté scientifique nationale ou internationale, constituent aussi des critères importants.


Section 04 du comité national de la recherche scientifique - Mis à jour le vendredi 27 mars 2009